arrow-type-6

PILOTE ENGAGÉE

« Née avec une malformation cardiaque, c’est à l’âge de 3 jours que j’ai été opérée à cœur ouvert, un démarrage dans la vie un peu délicat qui ne m’empêche pas de vivre à fond ma passiaon. Et aujourd’hui, en 2016, je m’apprête à participer à la plus grande course automobile du monde : Les 24 Heures du Mans. Le 18 juin, je serai sur la grille de départ des 24 Heures au volant de la voiture numéro 29 de l’écurie Pegasus Racing dirigée par Julien Schell, dans la catégorie LMP2.

Depuis mon plus jeune âge, je suis attirée par les sports extrêmes. J’ai même été longtemps fascinée par les pilotes de chasse, sans doute l’influence TOP GUN ! Le goût de la vitesse et de la performance, lié à une certaine tradition familiale, m’ont fait découvrir et aimer le sport automobile. Tout n’a pas toujours été facile car j’ai du me battre et faire mes preuves pour me faire accepter dans ce monde très masculin de la course et pour obtenir ma licence de pilote.

J’ai pu débuter ma carrière en 2009 grâce à l’ancien pilote de formule 1 et pilote des 24 Heures du Mans qui a cru en moi : Philippe Alliot. Il m’a fait courir dans championnat V de V en catégorie prototype. A mes débuts, il y a 7 ans, tout le monde me regardait comme ci je n’avais pas ma place sur le circuit, et c’était le cas puisque j’avais tout à apprendre. Accueillie comme pilote amateur, j’ai gagné le respect du milieu et des autres pilotes par mes résultats. Pour être à la hauteur de ma passion, j’ai tout donné sans compter.

Un joli souvenir… Ma toute première fois au 24 Heures du Mans où je suis allée seule, munie de mon pass et de mon plus beau sourire. Fascinée par cette course dont je ne voulais rien rater, j’ai dormi à peine 3h aux pieds d’un camion ! Le sport automobile est l’un des rares sports mixtes. Il n’existe pas de catégorie dédiée aux femmes, ni de handicap sur la grille de départ. En sport auto c’est le chrono qui parle ! C’est seulement par ma volonté et mon travail de fond régulier et intensif que j’ai réussi à progresser et à m’imposer.

Philippe Alliot avait décelé cette rage la première fois où il m’a fait monter dans une voiture de course. Il a appelé mes parents et leur a dit « Elle en veut ! ».

7 ANS PLUS TARD, J’EN VEUX TOUJOURS PLUS ! »

LE PARCOURS D’INÈS

7 ANNÉES DE COURSE ET D’ENDURANCE

2009
Début de la carrière de pilote automobile professionnelle en Endurance.

2013
Victoire à Albi dans la catégorie protype au Championnat Trophée Tourisme Endurance (TTE).
3ième place aux 12h de Motorland Aragon dans la catégorie Prototype au Championnat VdeV.
3ième place aux 6h de Magny-Cours dans la catégorie Protype au Championnat Trophée Tourisme Endurance (TTE).
Participation aux 25 Heures de Spa-Francorchamps, au sein de l’écurie Kronos Racing.

2014
Création de la société Inès Taittinger Racing (ITR).
2ième place aux 6h de Magny-Cours dans la catégorie Prototype au Championnat VdeV.
3ième place aux 3h de Dijon dans la catégorie Prototype au Championnat VdeV.

2015
3ème place sur le podium à la dernière course de la saison à Estoril dans la catégorie Prototype au Championnat VdeV.

2016
Nouvelle écurie, nouveau championnat, nouveau défi : début de cette saison en ELMS, avec l’écurie Pegasus Racing en LMP2 et participation aux 24 Heures du Mans.

LES 24 HEURES DU MANS

L’épreuve des 24 Heures du Mans est la course automobile la plus médiatisée au monde.
En 2015, aucune femme ne s’est alignée sur la grille de départ. La participation d’une
femme en 2016 constitue donc un événement.

Les 24 Heures du Mans disposent d’une notoriété internationale. Au total, l’épreuve-reine du sport automobile rassemble :

• Plus de 800 millions de téléspectateurs dans le monde.

• 263 500 spectateurs au Mans, dont 28% d’étrangers et 47 nationalités représentées.

• 400 heures de couverture TV, dont 80% de retransmission live, dans 190 pays.

• 2,7 millions de visiteurs uniques suivant la course sur 24h-lemans.com et lemans-tv. com, qui retransmettent la course durant 27 heures non-stop.

• 378 700 fans sur Facebook avec 13,7 millions de contenus publiés sur la course.

• 215 350 abonnés Twitter et 325 000 tweets relatifs à la course.

• 4 063 titres de presse écrite.

• 1 500 journalistes de 48 pays représentant 652 médias.

• 60 voitures sur la ligne de départ en 2016, soit 41 équipes engagées et 17 nationalités venues des quatre coins du monde.